DEVANT UN LYCEE, DES TRATCS POUR INCITER A L'ACHAT D'ALCOOL

Publié le par lenviedevivre

devant un lycée, des tracts pour inciter à l'achat d'alcool
L'alcool sur un coup de fil au lycée de Montgeron

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, veut interdire totalement la vente d'alcool aux mineurs

Des tracts proposant la livraison d'alcools forts ont été distribués devant un lycée de Montgeron (91).
Les deux gérants d'une société proposant de la vente d'alcool à domicile, et dont
des tracts avaient publicitaires été distribués le 3 octobre devant un collège-lycée
de Montgeron (Essonne), ont été interpellés et placés en garde à vue mardi en fin d'après-midi puis relâchés dans la soirée.

Le maire de Montgeron (Essonne), Gérald Hérault (PS) a saisi le Procureur de la République d'Evry. Le parquet d'Evry a ouvert une enquête, confiée à la Sûreté départementale, pour "provocation d'un mineur à faire une consommation habituelle excessive d'alcool", selon la même source. Avec la circonstance aggravante que les faits ont été commis à proximité d'un établissement scolaires, ceux-ci sont passibles de trois ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende, selon l'article 227-19 du Code pénal.
Contacté par l'AFP, l'un des deux gérants de la société Call and Drink, prénommé Charles (qui n'a pas souhaité communiquer son nom de famille), a expliqué que les prospectus ont été distribués "à l'insu de (leur) plein gré", par des gens dont il dit ignorer l'identité.

Il s'agit, selon lui, d'une initiative de personnes pensant bien faire afin de faire connaître la société.

Il a affirmé à l'AFP désapprouver cette distribution, qui a concerné selon lui une centaine de tracts. La société, existant depuis quatre mois n'avait, selon lui, aucunement envisagé de distribution à proximité d'établissements scolaires.

Selon lui, le but de sa société, qui vise les 20-25 ans, est que les jeunes ne prennent pas le volant en ayant bu de l'alcool, en les livrant à domicile.



Les tracts en question
Les tracts publicitaires proposaient ainsi la livraison, sur simple appel téléphonique, d'alcools forts à domicile en 30 minutes, de 22 heures à 6 heures du matin et faisant état d'offres promotionnelles. Les tracts, quasi-anonymes, comportent deux numéros de téléphones portables ainsi qu'une adresse internet au nom de "Calldrink". Cette simple adresse ne renvoie que vers un site "social" de rencontres, une plate-forme qui a la particularité de s'adresser et de de rassembler essentiellement des jeunes, plutôt adolescents qui semblent bien être la cible privilégiée de ces "vendeurs d'alcool".

Les tracts n'indiquent aucune adresse, aucune mention légale, ni même aucun nom de société. "




Le succès des livraisons d'alcool à domicile
Il suffit de taper "livraisons d'alcool à domicile" pour se rendre compte de l'étendue des choix en la matière. Des dizaines de sites proposent ce service. Ces sites sont souvent adressés aux jeunes. La mise en page est conviviale et incite à la fête. Une proposition de loi a été déposée en 2007 par le sénateur de la Gironde Xavier Pintat pour encadrer la livraison d'alcool à domicile.

Par ailleurs des associations réclament une évolution de la loi Evin par rapport à la publicité d'alcool sur le nouveau média qu'est Internet. Cette demande fait suite au parrainage de sociétés d'alcool pour la semaine du goût qui ont provoqué la colère des associations de prévention.


Publié dans MENACES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article