Les personnes âgées, cibles d’une nouvelle délinquance

Publié le par lenviedevivre

Faits divers

 

Une affaire de vol par ruse, démantelée récemment, montre que les personnes âgées sont victimes d’escrocs qui se présentent sous de fausses identités pour mieux les dépouiller.

Des centaines de victimes traumatisées, un préjudice souvent important et des forces de l’ordre réduites à de maigres interpellations… La révélation d’une arnaque d’un nouveau genre, baptisée « escroquerie à la petite Maghrébine » par les enquêteurs de l’office central de lutte contre la délinquance itinérante et dont ont été victimes de nombreuses personnes âgées particulièrement vulnérables met en évidence l’existence d’une forme de délinquance peu connue du grand public.



Un véritable fléau

Dans le jargon policier, on parle de vol par ruse ou de « VFQ » pour vol à la fausse qualité. Orchestrés par de prétendus policiers, plombiers, banquiers, magistrats ou membres d’associations, ces délits se sont multipliés ces dernières années en France. Aucune région n’est épargnée par l’avidité de ces voleurs d’un genre particulier. Au point que plusieurs services de police parisiens et de province se sont même dotés de groupes d’enquêteurs dédiés exclusivement à la lutte contre ces équipes de malfaiteurs.
« C’est un véritable fléau que nous connaissons depuis des années et contre lequel il n’y a pas grand-chose à faire, à part multiplier les actions de prévention auprès des personnes âgées, révèle un enquêteur spécialisé. A Paris et dans chaque département d’Ile-de-France, 250 à 300 faits de ce type sont recensés en moyenne par an. Mais c’est sans compter tous les vols qui ne sont pas signalés parce que les victimes n’ont jamais réalisé qu’elles avaient été bernées. Ces voleurs jouent sur la crédulité et la grande vulnérabilité des personnes visées. Rares sont les victimes âgées de moins de 80 ans. »
Bijoux de famille, argent liquide, cartes bancaires, chéquiers, bibelots… Tout ce qui peut avoir de la valeur tombe sous la main de ces escrocs qui agissent avec discrétion et, généralement, sans exercer de violence physique. Chaque année, de nombreuses actions de prévention sont organisées à destination des personnes âgées. Mais leur efficacité demeure difficilement quantifiable.



CE QUE DIT LA LOI

 

Lorsque les malfrats spécialisés dans le vol par ruse ou la fausse qualité sont renvoyés devant les juges d’un tribunal correctionnel, les peines encourues varient entre de sept à quinze ans de prison. « Les jugements rendus contre ce type de prévenus sont sans concession, prévient un magistrat. Nous prenons en compte la vulnérabilité des victimes ainsi que l’importance du préjudice.

Le vol en bande organisée, qui réunit des gens qui se sont notamment livrés à des repérages, est réprimé par quinze ans de réclusion. » Dans le cas d’un « simple » vol par ruse, commis en réunion, la peine prévue est de sept ans de détention.
Enfin, si les auteurs se font passer pour une personne chargée d’une mission de service public et que la victime est particulièrement vulnérable, ils encourent alors dix ans de prison.


Réagir à l'article


Le Parisien

Publié dans MENACES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article